Guides et excursions Costa Viola - Bagnara - Calanna

Itinéraires Costa Viola - Bagnara - Calanna

C’est possible d’arriver à la petite ville de Bagnara Calabra s’engageant le raccord de l’autoroute Salerno-Reggio Calabria au km 152 et poursuivant en pente raide vers la mer. La position géographique et ses caractères morphologiques sont deux des éléments les plus charmantes : le panorama, par exemple, embrasse un ample champ visuel qui s’étende de Capo Vaticano, au Nord, jusqu’à Scylla, au Sud. Le centre d’habitation présente aujourd’hui une partie plus ancienne, construite sur un éperon (le rocher de Maturano), qui se distingue pour ses maisons accrochées au rocher, ses ruelles défilées, ses belles résidences et ses arcs caractéristiques, et une partie moderne, dans la bande côtière située au-dessous, où se trouvent des établissements balnéaires, des restaurants et des hôtels. Il faut visiter le château Emmarita, à côté de l’Abbaye de Sainte Marie et des douze Apôtres qui, probablement, hébergea Roger II et sa suite quand il vint à Bagnara pour assister à la dédicace de l’Abbaye de Sainte Marie et des douze Apôtres qui eut lieu le 13 octobre 1117 ; L’Église de la Sainte Vierge du Carme , construite au XVII siècle, qui se vante d’une façade avec un merveilleux portail surmonté d’une ample baie vitrée rectangulaire ; l’Église du Saint Rosaire qui garde, à l’intérieur, des intéressants peintures du XVII siècle et une sculpture du XVI siècle ; la grotte des Hirondelles ; la tour Ruggiero ou « de Capo Rocchi », qui s’élève en contrée Cacilì et qui se peut dater entre le XIV et le XV siècle.

Parcourant la route nationale 18, qui côtoie le littoral, on arrive à Scylla. Lieu mythique, qui rappelle la légende de Scylla et Cariddi chantée d’Homère dans l’Odyssée, elle est une des centres touristiques les plus connus de Calabre. Il s’agit d’une ville d’origines très anciennes mais son histoire est connue à partir du VIII siècle av. J.-C. avec les Chalcidiens. Sa position stratégique a toujours lui donnée un rôle historique important : par exemple, les garibaldiens débarquèrent ici en 1860. La mer très limpide, les fonds spectaculaires et le ravissant panorama qui l’entourent, ont fait de Scylla un établissement balnéaire très connu. Un des destinations touristiques de cette station de villégiature, connue aussi pour la traditionnelle pêche au espadon, qui se déroule avec une méthode qui, à ce qu’il semble, remonte au temps des Phéniciens, reste sûrement le château médiévale, accroché sur un rocher granitique qui s’étende vers la mer. Construit entre le VII et le IX siècle, le château de Scylla domine la baie de Marina Grande, la plage principale où il y a beaucoup de locaux commerciaux et de boîtes de nuit. Il faut également visiter le ravissant quartier de Chianalea, qui se présente avec les maisons des pêcheurs qui semblent nager sur la mer, l’église de San Rocco, d’où on peut jouir d’un merveilleux coup d’œil de la plage de Scylla e du Détroit, l’église de l’Immaculée Conception. Parcourant la route
Nationale, après être passés pour la localité de Torre Cavallo (à remarquer la Batteria Forte Gioacchino) et Cannitello, sur la plage de laquelle on peut visiter l’église de Maria SS de Porto Salvo, qui garde une peinture du XVIII siècle de la Vierge de Porto, une statue en bois de la Vierge du XVII siècle et un precieux tableau du début du XVII siècle à l’huile sur toile qui représente San Nicola de Bari en trône, on arrive a Villa San Giovanni, un important centre maritime et commercial, connu pour être le pôle névralgique de liaison avec la Sicile. La ville a une structure moderne, avec des amples rues au long desquelles on trouve des immeubles de construction récente. L’imposante cathédrale de l’Immaculée, reconstruite après le tremblement de terre du 1908, est un exemple significatif de monumentalité sacre roman-normand, qui garde beaucoup d’œuvres d’art. A l’intérieur, on peut trouver 62 détrempes du peintre Alessandro Tassinari di Tavazzano (Mi), qui représentent scènes bibliques, un Crucifix de bronze du sculpteur Enzo Assenza et deux peinture représentantes l’Immaculée. En outre, on distingue un grand orgue à tuyaux, surmonté d’une peinture qui représente Christ le Roi, œuvre de Giorgio Pinna de Nicastro. Des autres lieux sacrés à signaler sont la petite église de la Vierge du Rosaire, l’église de la Vierge des Grâces, la construction de laquelle a commencé en 1407, après la présumé apparition de la Vierge à Domenico Totino et à l’intérieur de laquelle sont gardés les œuvres du sculpteur Monteleone et une statue de la Vierge, probablement réalisée du napolitain Arcangelo Testa, l’église de la Vierge de Porto Salvo, l’église du Rosaire de Ferrito. En se promenant dans le centre de la ville, on peut visiter une aire d’archéologie industrielle maintenant en désuétude. Reprenant le parcours, une autre étape à remarquer est Campo Calabro, qui s’élève sur un plateau qui donne sur la Sicile. Le centre est caractérisé par la présence de hôtels particuliers aux élégants motifs architecturales, tel que le Palazzo Adorno et le Palazzo Ranieri. Extrêmement intéressant du point de vue du paysage est la rue qui mène vers Melia de Scylla, d’où est possible admirer le panorama de la Sicile. A Matiniti on peut visiter les ports du XIX siècle réalisés par les Français.

Continuant le long de la route nationale vers l’intérieur et traversant terrains planté de vignes et oliviers, on arrive à Calanna, ville dont le centre (formé de trois hameaux riches en historie : Villamesa, Milanesi et Mulini) offre au visiteur une richesse de paysage d’un charme remarquable. En juillet de 1953, pendant les travaux pour l’ouverture d’une route près de le quartier Ronzo, on a découvert une nécropole constituée par tombeaux à grotte ou à four. D’après les pièces archéologiques trouvées (trousseaux funéraires en céramique et en bronze), l’établissement pre-hellénique est datable entre le X et le IX siècles a. J.-C. Le centre, caractérisé par maisons basses aux toits en pente, est situé aux pieds du rocher où s’élève le Château Normand qui domine la vallée du torrent Gallico et réalisé ò peu près dans le 1200. Il faut aussi visiter l’Église de la Vierge de l’Annonciation et l’Église de Sainte Maria des Grâces près de Villa Mesa.




 
Routen Reggio Calabria